Surnommé le griot électrique, Mory Kanté s’est éteint à l’âge de 70 ans ce vendredi 22 Mai 2020 à l’hôpital Chino-Guinéenne de Conakry vers 09h45 des suites de maladies chroniques d’après son fils Bala Kanté qui a joint nos confrères de l’AFP ce matin.
《Il souffrait de maladies chroniques et voyageait souvent en France pour des soins, mais avec le Coronavirus ce n’était plus possible》.
Mory Kanté, célèbre pour son méga tube planétaire YÉKÉ YÉKÉ sorti en 1987, un mélange du funk au mandingue, vendu à des millions d’exemplaires, il a atteint les sommets des hit-parades dans de nombreux pays, notamment aux Pays-Bas.

Né dans une famille de griots d’Afrique de l’Ouest, Mory Kanté fut repéré par le saxophoniste Tidjane Koné à l’âge de 21 ans, qui l’intègre au Rail Band de Bamako, où il rejoint une autre étoile de la musique mandingue, le malien Salif Keita, entant que balafoniste, après le départ de celui-ci chez les ambassadeurs, quelques années plus tard il prend la tête du Band comme leader vocal.
Mory Kanté jouant aussi bien de la kora et du balafon que la guitare, il mêle tradition et modernité da ces chansons, chantées en majorité dans sa langue maternelle, le malinké .
Il a contribué à populariser la musique africaine de Guinée à travers le monde . D’où l’hommage que lui a rendu le président Alpha Condé sur Twitter 《la culture africaine est en deuil. Mes condoléances les plus attristées … Merci l’artiste . Un parcours exceptionnel. Exemplaire. Une fierté 》 a-t-il posté.
Après la mort de Manu Dibango, Tony Allen et Idir, la musique africaine perd une autre étoile.

Repose en paix Mory Kanté (Tonton Blanc Blanc).
Thierno.A.D.Bah